All for Joomla All for Webmasters

Scandale à l’Opéra national de Lyon !

Une actrice intégralement dénudée prétend représenter sainte Jeanne d’Arc…

 

… elle va même “changer de sexe” au cours de la pièce !

 

Au début, un homme délire tout en nettoyant une école… et sa voix change graduellement tandis qu’il enlève ses vêtements pour devenir une “Jeanne” nue en scène.

Pour le metteur en scène Romeo Castellucci, celle-ci est ainsi “de plus en plus Jeanne d’Arc”.

“Il s’agit de faire table rase de toutes les données de l’Histoire pour retrouver enfin le corps d’une jeune femme. Et pour moi, il fallait passer à travers le corps d’un homme.”

Comme vous, il m’est impossible d’accepter que le souvenir sacré de Jeanne soit traîné dans la boue en France.

Témoignez maintenant de votre indignation face au Ministre de la Culture. Signez ici votre protestation et exigez que ce spectacle reste toujours interdit dans les agendas culturels liés à son ministère.

 

L’actrice démonte rageusement le plancher pour creuser la terre et exhumer son épée. Malmenée entre “extase et folie” par la mise en scène, elle est intégralement dévêtue durant l’essentiel du spectacle.

Elle mimera aussi un supplice en s’aspergeant de peinture, de terre, de farine et d’eau.

Lisez ce résumé du Monde du 26 janvier 2017 qui en dit long sur le “choc émotionnel” causé par la comédienne, seule en scène :

“Quelle actrice peut à ce point se vêtir de sa nudité ? Fille maudite et sorcière caracolant un balai entre les jambes, frêle jeune fille portant l’immense épée plus brûlante que la croix, cavalière enfin, couchée sur le côté, la jambe mimant sur le cadavre d’un cheval blanc le galop éperdu d’une course convulsive.”

Plus loin, Le Monde transcrit le scénario selon lequel “Jeanne est morte, non pas au bûcher qui est cendres, mais dans un charnier où la pousse une vieille femme nue et livide (son double vieilli)” !

Voilà ce qui est présenté à l’Opéra national de Lyon, conventionné par le ministère de la Culture, le Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes, la Ville et la Métropole de Lyon.

Un tel sacrilège est une honte pour la France ! Vous et moi ne pouvons permettre que l’image de Jeanne d’Arc soit avilie dans un spectacle pornographique et vulgaire !

Signez ici tout de suite votre protestation pour que je transmette votre indignation au ministère de la Culture et exiger de lui que cette pièce ne soit plus jamais reproduite en France !

 

L’urgence tient à ce que les intentions ne sont pas cachées : pour Castellucci, il s’agit de “s’insurger contre les symboles, contre l’hagiographie, contre la commémoration nostalgique de l’histoire et contre la célébration de l’héroïne céleste.”

“Oublier tout ce que l’on connaît à propos de Jeanne” : voilà comment Castellucci aborde ce spectacle.

Vous l’avez compris : c’est un des plus beaux fleurons de l’histoire chrétienne de la France qu’il faut faire oublier à nos jeunes, nos enfants…

… et cela à l’Opéra national de Lyon, une institution conventionnée par le ministère de la Culture !

Sans réaction ce spectacle insultant salirait, dans l’âme de la France et devant tous les Français, le symbole de pureté et de courage qu’est sainte Jeanne d’Arc.

À l’opposé du personnage transgenre de Castellucci, Jeanne n’avait que trois choses quand elle a redonné une âme à la France en délivrant Orléans : sa virginité, son épée et sa mission.

C’est son âme de vierge pourvue de courage, une âme droite et simple qui, après six siècles, lui attire toujours l’admiration des foules.

“Avec Jeanne — affirme l’historien Georges Bordonove — le surnaturel est entré dans notre histoire, car il n’existe aucune explication valable à son action, aucune autre que le surnaturel.”

De nos jours plus sombres encore que ceux de Charles VII, vous pensez certainement que le souvenir de l’épopée de Jeanne est une promesse pleine d’espérance d’une intervention surnaturelle pour le salut de la France.

Vous serez d’accord avec moi : la première de cet “oratorio” mis en scène par Castellucci n’est qu’un ballon d’essai pour une longue suite de représentations qui s’en prendront à son image.

Et qui attaque l’image, cherche bien sûr à atteindre la personne représentée. C’est à la Pucelle qu’on en veut !

Vous et moi tenons à notre identité chrétienne, ensemble nous allons…

… dire haut et fort NON aux futures représentations de ce spectacle grossier et inviter le plus grand nombre de chrétiens à s’y opposer !

Je vous demande de signer en toute urgence votre protestation pour que je puisse la remettre au ministre de la Culture au plus tôt.

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply